Archive pour février 2012

Le vin on s’y penche, on tombe dedans, et on en devient fou ! – Entretien avec Claudine Vigier-Barthélemy

lundi 13 février 2012

Entretien avec Claudine Vigier-Barthélemy, Meilleure Fromagère de France 2009, fromagère affineur à Carpentras, paru dans le webzine Inter-Rhône, dossier « le vin et les femmes », le 8 février 2012 :

« Je ne suis pas Fromagère Affineur par hasard. Toute petite, je suis tombée dans la marmite ! C’est mon grand-père, vigneron à Villes-sur-Auzon, qui m’a fait goûter mon premier vin sucré ! » Aujourd’hui Claudine Vigier-Barthélemy exerce un art exceptionnel, celui de l’assemblage des vins du Rhône, son pays, avec les mets les plus réjouissants : fromages, foies gras, caviar… Ce don ? Elle le cultive par le partage, dans sa boutique de Carpentras, mais aussi par ses voyages. Elle nous raconte.

Claudine ne parle pas d’un métier ; elle vit sa passion. « Je suis fromagère. Mais je me suis rapidement intéressée au vin. Pour bien le comprendre et bien en parler, je suis allée à l’Université du Vin de Suze la Rousse. » Terroirs, ampélologie, caractéristiques organoleptiques… Claudine apprend, comprend, applique. Aujourd’hui elle maîtrise un art véritable. « Au magasin, nous proposons de jolies compositions avec le fromage mais aussi avec toutes les bonnes choses que nous vendons. »

La passion de Claudine contamine. « Je ne suis pas venue au vin par hasard. Je suis issue d’une famille de vignerons. Mon grand-père avait des vignes à Villes-sur-Auzon. Depuis que je suis petite – j’ai une photo où on me voit la main sur le ventre – je me régale ! ». Elle travaille avec l’ensemble des acteurs de la filière. Elle est partout et mène mille projets à la fois : « Je parcours les salons, rencontre les vignerons, travaille avec Chemin de Vignes à Issy Les Moulineaux… Je me suis passionnée pour le livre de Nicolas Joly sur la biodynamique et donc je suis allée le voir. » Le vin bio ? Son magasin en référence 150, de quoi répondre à une demande grandissante de ses clients.

« Le vin devient féminin. » Claudine s’attache à faire bouger les lignes : « jusque-là le vin était une histoire d’hommes. Mais chez nous – nous sommes une équipe de femmes – nous incitons nos clientes à choisir le vin qu’elles aiment, à l’amener sur la table, à initier leur mari. » Elle conçoit son rôle comme celui d’un passeur : « on change les rôles et ça marche fort. En dialoguant, elles se livrent et nous disent ce qu’elles aiment, comment elles aiment… » Ensuite elle les conseille et en général vise juste. « En écoutant leurs désirs on arrive à capter ce qu’elles aimeraient comme vin. » Si la tradition est malmenée, c’est pour la bonne cause ! Celle du goût et du partage d’un repas savamment composé : « Quand Madame cuisine, elle sait très bien ce qu’elle met dans son plat, comment elle le prépare et le goût qu’il aura. Donc elle sait aussi quel vin peut le sublimer. Alors que les messieurs choisissent du vin sans toujours se soucier de cette association ! »

« Les américains adorent découvrir notre terroir. »
Dans sa boutique, Claudine organise des dégustation vins – fromages pour un public essentiellement composé de touristes étrangers. Ils viennent pour la région, le terroir fromager et viticole. En 2-3 heures ils discutent, dégustent, découvrent et se réjouissent. « Avec le Domaine de Nalys, nous avons reçu des journalistes canadiens pour une dégustation. J’ai travaillé avec le vigneron sur les meilleures associations de nos produits. On a fait un petit exposé pendant que les journalistes dégustaient le vin et le fromage, sur la sensualité, la longueur, tout ce que la matière peut apporter à un liquide. »

La formule marche et s’exporte.
En amoureuse authentique du terroir, Claudine assume son rôle d’ambassadrice comme une seconde nature. En 2009, elle assiste à un concours de fromages à Seattle et se lie d’amitié avec Cathy Strange, blogueuse passionnée de vins et de fromages (http://blog.wholefoodsmarket.com/author/strangec/), et acheteuse pour Whole Foods Market, une chaine de delicatessen américains. « Nous étions à table et je m’aperçois que la carte propose un Rasteau. J’en prends une bouteille et en fais profiter toute la tablée. Ils ont a-do-ré. Du coup Cathy a référencé les vins de Rasteau chez Whole Foods Market ! Une belle histoire, non ? » Le 22 février 2012, elle se rend à New York sur l’invitation de Relais et Châteaux. Pendant 3 jours, elle reçoit dans un cadre exceptionnel des journalistes américains pour les initier, et les contaminer, eux aussi ! Des actions qui devraient profiter à long terme au tourisme gastronomique et à la renommée internationale de la Vallée du Rhône.

Claudine est partout à la fois, aux Etats-Unis mais aussi à Montpellier pour Vinisud, le salon international des vins et spiritueux méditerranéens (du 20 au 22 février) : « Cécile Dusserre (Domaine de Montvac), Château Neuf du Pape et quelques vignerons de la Vallée du Rhône Nord m’ont commandé des fromages pour organiser des dégustations. » Juste après New York, elle sera jury pour les médailles des concours agricoles vins et fromages. « Ces médailles sont très importantes pour les producteurs. Ça les porte beaucoup. »

Ses projets pour 2012 ? « Nous fêtons les 30 ans du magasin. On va faire une grande fête. Je vais devenir ambassadrice du Comté ; je vais donc travailler sur de nouveaux assemblages Comté – vins de la Vallée du Rhône, pour trouver les accords les plus raffinés. Actuellement, je prépare avec les Chevriers du Ventoux un label Chèvres du Ventoux, pour mettre en valeur notre patrimoine fromager. Ce sont de petits troupeaux – une trentaine de chèvres – qui vivent au rythme des saisons et se nourrissent dans la campagne. C’est merveilleux pour les saveurs du lait ! »

Et sinon ? Une petite nouveauté… juste pour le plaisir !
« J’ai créé la Fourme des Dentelles de Montmirail : j’injecte du Beaumes de Venise dans le fromage et je laisse murir à peu près un mois. On obtient un fromage extrêmement crémeux, onctueux. Et l’été, je ne vous dis pas ! Vous pouvez l’accompagner des petites tranches de melon passées au congélateur, juste frisant, et des boules de fourmes, légèrement gelées elles aussi. Avec un petit Beaumes de Venise, c’est un régal ! »